• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Les voies romaines

Posté par LPBSM le 7 septembre 2010

lgioncenturionportantlaloricahamata02.jpg      Bonjour,     casquecelte.jpg

Nous sommes toujours sous la « pax romana » qui durera jusqu’au IVème siècle après J.C. et nous allons essayer de comprendre pourquoi les Celtes acceptent apparemment pendant autant de temps cette domination romaine sur l’Armoricaine .

Nous avons déjà parlé de la voie romaine Rennes, Corseul, Morlaix, Kerilien, Pointe St Mathieu qui démarrait dans notre quartier St Martin, et qui semble avoir existé dans la première moitié du III ème siécle .

.Les voies romaines  350pxrennesgalloromainsvg1

 

Un grand axe provenant de Lugdunum (Lyon) traverse Condate (Rennes), Vorgium (Carhaix) et se termine à l’Aber Wrac’h .

Une autre grande voie issue de Burdegale (Bordeaux), passait par Condevicnum ou Condevincum ou Condivienum, mais couramment appelée Portus Namnetum (port des Namnètes)(Nantes), Dariotirum ou Darioritum (Vannes), Anquilonia (Quimper) pour finir à la pointe du Raz .

Les routes romaines en Armorique   cartedelabretagneromainedeyannloth1986

carte de Yann Loth  de 1986

 

A ces trois grand axes s’ajoutent, comme on le voit sur la carte de Yann Loth, un grand nombre d’axes plus petits qui confluent tous vers « Condate » .

Les autres Condate n’ont pas autant d’arborescence de voies, sinon les premières voies pratiquables pour les lourdes marchandises qui étaient fluviales .

Si mon hypothèse est exacte, il y aurait eu extension du sens premier de « confluence de fleuves » (donc de voies de transport) aux autres voies de transport empierrées qui permettaient maintenant de ne plus s’embourber tous les 300 mètres .  

.exemple-de-pavage-de-la-via-domitia-d%C3%A9couverte-%C3%A0-Narbonne

Mais sur cette carte Vorgium (Carhaix) semble aussi bien pourvu que Condate ? 

Oui mais Vorgium reste la capitale des Osismes (ceux qui viendront porter secours en plus grand nombre à Vercingétorix enfermé dans Alésia) .  Vorgium aura le statut des civitates stipendiariae impliquant le paiement de l’impôt et la fourniture de soldats .  Puis après le III ème siécle son nom évoluera pour devenir Carafes puis Carhaix « le carrefour » .

Rien de tel pour la Civitas Rediones (Condate), qui semble bien intégrée dans le système gallo-romain (voir le commentaire de Catherine P., ci-dessous) .

Donc nous avons bien deux gros carrefours désignés par des noms différents  où l’on sait immédiatement en lisant la carte qu’il y a confluence de routes donc  de marchandises .

Le problème est que les colporteurs ne font pas que colporter des marchandises ; et la renommée de la richesse et de l’abondance n’attire pas que les chalands .  Une police bien structurée arrive à arrêter des voleurs individuels mais pas des hordes de  pirates Saxons ou de Francs .  Les divers pillages de la deuxième moité du III ème siècle vont obliger la ville à se réfugier derrière une enceinte qui va rétrécir son périmètre pour survivre .

. 350pxrennesivesvg1

.condatemurdelasecondemoitieduiiimesicle

reste du mur de fortification du III ème siècle, square Hyacinthe Lorette (Notre Dame de la Croix ).

IMGP6043_redimensionner

 

Du I er au III ème siècle les Civitates gallo-romaines sont ouvertes pour deux raisons .

  • Elles doivent faire concurrence  à l’oppidum gaulois le plus important, et qui est toujours capitale de la région (quand ils n’a pas été détruit pour rébellion), en souhaitant imposer par comparaison la supériorité du modèle romain .

  • Les légions romaines prennent régulièrement leur quartiers d’hiver en gaule,  car les légions urbaines ne sont constituées que de jeunes recrues peu aguerries, ce qui permet de se passer de fortifications .

La Civitas est gérée par un « sénat » qui avait pour rôle de gérer les affaires  financières et administrative, de veiller à la paix civile, de percevoir les impôts et de s’occuper de l’entretien des routes .

Pour la Civitas des Riedones, le « sénat » est appelé « Senatus » en 135 et « Ordo » en 238 .

L’entretien des routes fut effectué jusqu’à l’effondrement du système économique du IV ème siècle .

Cette exemplarité a relativement bien marché puisque les anciens oppida sont plus ou moins délaissés au profit des nouvelles civitates .

Cependant tout au long de la pax romana les légions romaines seront obligées d’intervenir à de nombreuses reprises chaque année pour réprimer les révoltes nombreuses des chefs des tribus qui parfois étaient alliées de Rome .

 Quand l’empire romain d’occident va rentrer en complète décadence, la sécurité sera plus ou moins assurée pendant environ un siècle avant de lâcher prise .

Nous allons voir apparaître petit à petit la prédominance des « Bretons » sur les gallo-romains ou les gaulois romanisés ou non .

 Mais cela fera l’objet du prochain article .

J.M. MARTIN pour LPSM

A suivre …

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Pax Romana

Posté par LPBSM le 4 septembre 2010

lgionnaireromain.jpg      Bonjour,

Nous sommes en 59 A.V. J.C. et Jules CESAR voit arriver la fin de son Consulat ; il doit impérativement se faire réélire pour conserver l’attribution de légions par le sénat romain . 

De plus, pour échapper aux citations en justice que déposent le préteur Lucius Domitius Ahenobarbus et le tribun de la plèbe Antistius pour les illégalités commises pendant son mandat de Consul, il faut absolument qu’il retrouve un mandat car la loi « Memmia »  interdit toute poursuite contre un citoyen absent de Rome pour le service de la République .

CESAR arrive  à se faire élire proconsul pour les province de Gaule cisalpine, Illyrie et la Gaule transalpine .  Cette mandature ne devait pas excéder un an, mais CESAR obtient le proconsulat pendant cinq ans .  Il va donc obtenir quatre légions dans un premier temps, puis six légions .

Dès le début de son proconsulat CESAR s’engage dans la conquête des Gaules en 56 a.v. J.C. .

Ses objectifs sont triples et conflictuels :

  • Obtenir un butin qui lui permettra de peser sur la politique romaine .
  • Négocier avec les peuples gaulois, agriculteurs et producteurs de blé en excédent, pour qu’ils deviennent « clients » (c.à.d vassaux donc fournisseurs) de Rome ; ce qui devrait permettre à CESAR de se présenter comme celui qui a résolu le problème de l’approvisionnement en blé de Rome (problématique qui se renouvelle chaque année) .

  • Revenir à Rome et défiler dans un triomphe encore plus éclatant que celui de POMPEE, qui reste son seul rival politique, en proclamant qu’en cinq ans il a, lui, réussi à pacifier les Gaules  .

Voici pourquoi CESAR est venu faire la guerre des Vénètes et qu’il a eu,  comme très souvent, une chance incroyable .  Voir le très bon article de Wikipédia sur le sujet

Pax Romana cartegaules

carte des interventions de César

Les Coriosolites, participant à l’alliance des Vénètes avec les Esuvii, verront leur port (situé au pied de la tour « Solidor » ; une grosse tour romaine fut construite à cet emplacement au milieu du Ier siècle) de la Cité d’Aleth détruit, la cité incendiée, une partie de la population envoyée en esclavage et les grandes richesses accumulées grossir le trésor de guerre de César .  

César n’avait pas besoin de pêcheurs mais de producteurs de blé .

restes de la cité Reginca (la Rance) 270-280, à St Malo imgp5771

dont le mur d’enceinte était épais de 1,50 à 1,95 mètres, d’une longueur de 1800 mètres et qui comportait huit tours et deux portes  Principales .

Ce vicus, remplacera la cité d’Aleth brûlée par les romains en représailles de leur alliance avec les Vénètes, mais surtout reprendra un rôle prédominant de civitas quand Corseul sera abandonnée dans la seconde moitié du III ème siècle .

.imgp6016recad

La cité D’Aleth aujourd’hui vue du port de St Malo

Voilà comment et pourquoi des cités comme Rennes (Condate), Corseul (Fanum Martis), Vannes (Dariotirum ou Darioritum(*), Civitas Venetum ou Benetis) et Carhaix (Vorgium) vont être créées de toutes pièces et dotées d’un plan régulier avec des rues se coupant à angle droit (cardo et decumanus, à la manière des camps romains) ainsi que d’un forum .

(*) Darioritum (le gué tumultueux) est d’origine celtique comportant le préfixe gaulois dari-/ dario- (agitation-rage-tumulte) et le suffixe « ritum » qui veut dire le gué .

Certaines de ces cités seront même pourvues d’un temple (Condate, Fanum Martis), de thermes publics (Fanum Martis), d’aqueduc (Viorgium) et parfois d’une basilique(*) (Condate et Dariotirum) . 

(*) La basilique est le lieu principal où se tenaient les réunions publiques nécessaires à l’organisation de la cité .

Ces villes ne se sont pas développées à partir de bourgades ou de villages gaulois .  Les capitales Vénète (probablement située à Locmariaquer) et Coriosolite (Aleth) seront détruites et ne pourront vivre, dans les nouvelles capitales, que ceux qui accepteront la « pax romana » . 

Ci-dessous la bataille de golfe du Morbihan en 56 a.v. J.C. où 220 navires vénètes se firent décimer par 100 navires romains .     . bataillemorbihan56.png

 Les navires vénètes étaient beaucoup plus hauts et lourds que les galères unirèmes romaines (les « naves  longae » propulsés par une vingtaine d’avirons trops légers pour affronter l’océan) …

navire vénète       schéma        navirevnte

Exemples de galères romaines avec les fameux corbeaux …

galretrirmeromaine

galretrirmeromaineprtutiliserlecorbeau

…  qui permettaient l’abordage .

... les navires Vénètes profitant de leur supériorité pour attaquer les navires romains alors qu’ils étaient encore au mouillage espérant les couler en les éperonnant  .  Mais une soudaine chute de vent a fait que ce jour là, la marine romaine qui était prête à rompre le combat, a soudain pris conscience qu’elle avait une chance de l’emporter .    Les étroites galères romaines (3 m de large et 45 m de long) pouvaient à loisir harceler les lourds navires vénètes et s’enfuir dès que le combat tournait en leur défaveur (Dion Cassius, Histoire Romaine, XXXIX, 40-43) .

« Les vaisseaux des ennemis étaient construits et armés de la manière suivante : la carène en est un peu plus plate que celle des nôtres, ce qui leur rend moins dangereux les bas-fonds et le reflux ; les proues sont très élevées, les poupes peuvent résister aux plus grandes vagues et aux tempêtes ; les navires sont tout entiers de chêne et peuvent supporter les chocs les plus violents .  Les bancs, faits de poutres d’un pied d’épaisseur, sont attachés par des clous en fer de la grosseur d’un pouce ; les ancres sont retenues par des chaînes de fer au lieu de cordages ; des peaux molles et très amincies leur servent de voiles, soit qu’ils manquent de lin ou qu’ils ne sachent pas l’employer, soit encore qu’ils regardent, ce qui est plus vraisemblable, nos voiles comme insuffisantes pour affronter les tempêtes violentes et les vents impétueux de l’Océan, et pour diriger des vaisseaux aussi pesants .  Dans l’abordage de ces navires avec les nôtres, ceux-ci ne pouvaient l’emporter que par l’agilité et la vive action des rames ; du reste, les vaisseaux des ennemis étaient bien plus en état de lutter, sur ces mers orageuses, contre la force des tempêtes .  Les nôtres ne pouvaient les entamer avec leurs éperons, tant ils étaient solides ; leur hauteur les mettait à l’abri des traits, et, par la même cause, ils redoutaient moins les écueils .  Ajoutons que, lorsqu’ils sont surpris par un vent violent, ils soutiennent sans peine la tourmente et s’arrêtent sans crainte sur les bas-fonds, et, qu’au moment du reflux, ils ne redoutent ni les rochers ni les brisants ; circonstances qui étaient toutes à craindre pour nos vaisseaux. »

— Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, III, 13.

De moins 51 a.v. J.C. jusqu’à nos jours, il nous reste bien du travail .

A suivre …

J.M. MARTIN pour LPSM

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

Hôtel le Renaissance |
De l'Orient |
Le savoir au service de la ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dans un autre monde...
| Service à la personne 66
| Mais Pourquoi ?